27752223_10156286223669742_3681934059839

(c) Photos - Fabrice Piazza et Olivier Tossens

titre.jpg

Ch@troom2.0 est un conte glacial et cinglant, l'histoire d'une manipulation cruelle mais aussi l'histoire d'une adolescence à la dérive.

Une écriture vive, rafraichissante, effrayante et souvent drôle.

Quand - une nouvelle fois - la proposition m'a été faite de mettre en scène le Jeune Théâtre d'Appoint, j'ai tout de suite eu envie de travailler avec eux sur une thématique qui les concerne, sur un sujet fort.

 

Après un premier sondage auprès des jeunes, la question du harcèlement est vite apparue. De mon côté, en tant que parent, les réseaux sociaux et les dérives qu'ils peuvent engendrer font partie de mes préoccupations.

 

J'ai trouvé avec "Chatroom" un texte qui rejoignait ces deux sujets de manière pertinente et puissante. Dès la première lecture, ils ont tous été conquis. Dans la pièce, Enda WALSH transpose sur scène des ados qui chattent sur internet. Ils ne se connaissent pas et ne donnent que leur pseudonyme, ce qui permet un anonymat pouvant s'avérer dangereux. Les adolescents sont vite embarqués dans une tempête de manipulation à la fois empathique, cynique ou jubilatoire. "Chatroom"  est l'histoire d'une adolescence à la dérive.

 

J'ai l'âge d'être leur père et pourtant cette période de ma vie me semble encore très proche. C'est une période trouble, émotionnellement forte, où tout semble possible et en même temps où tout semble compliqué.

 

Les adolescents qui sont en plein déferlement hormonal - déferlement qui agit comme un séisme sur l'organisation psychique durant cette période de l'existence - grandissent aujourd'hui dans une ère nouvelle, que nous n'avons pas connue. Une ère hyper connectée, consumériste, "insécurisante", l'après-Dutroux, teintée d'attentats idéologiques, de pornographie accessible en un clic, de dérèglement climatique, de crise économique et j'en passe. Malgré cela, ils doivent se frayer tant bien que mal leur chemin vers l'âge adulte. Comme des équilibristes sur leur fil, sans tomber, ils tentent de traverser indemnes cet âge ingrat.

 

Pour compléter ce portrait d'une adolescence en recherche de repères, j'ai décidé d'ajouter des mots d'ados issus du documentaire Y.O.L.O. (You Only Live Once) de Karim BEY. Ce film atypique nous emmène à la rencontre de la vie et des univers de quatre adolescents bruxellois qui se sont filmés pendant plus d'un an. Ils ont entre quatorze et dix-huit ans. Ils sont légers, drôles, tristes ou nonchalants, analytiques ou impulsifs. Ils partagent avec nous leurs expériences, leurs réflexions, leurs émotions et leurs choix.

 

Mis dans la bouche des personnages de Chatroom, ce mélange de matière donne Ch@troom2.0.

 

J'espère que tout comme moi, cette plongée vertigineuse dans l'adolescence vous fera vivre un déferlement d'émotions.

 

On ne vit qu'une fois ! 

 

Fabrice PIAZZA

Le spectacle a reçu plusieurs prix 

 

Prix attribués par l'ABCD :

  • Classement en excellence

  • Prix de la citoyenneté

  • Trophée du Brabant Wallon 2018

Prix attribués par la FNCD :

  • Médaille d'argent pour la sélection en finale nationale du Trophée royal 2018

  • Prix des Briscards attribué à la compagnie ayant présenté la meilleure réalisation d'un spectacle avec une majorité de jeunes

  • Challenge Fernand Darding attribué à la compagnie ayant manifesté dans le choix de la pièce un souci d'originalité, de recherche et de découverte

  • Prix du public attribué selon le vote des spectateurs lors de la finale nationale

d'Enda Walsh

+ dialogues tirés du film "Y.O.L.O" réalisé par Karim BEY / Manomètre films

Adaptation et mise en scène

Fabrice PIAZZA

Scénographie et lumière

Michel SUPPES

Costumes

Beatrice GUILLAUME

Création Vidéo

Fabrice Piazza

Assistanat

Lucien TABURIAUX

Avec

Clara CLAUS

Thomas DRICOT

Clara RANALLO

Gaspard WATELET

Déborah LIBERT

Matis PIROTTE

Eloïse GUISSART

Lili DEBLED

Félicie WAUTERS

Distribution

Le spectacle a été joué les

16, 17, 23, 24, 25 février

et 2, 3 mars 2018

à Jodoigne

ainsi que le 27 juin 2018

au Centre Culturel de Dinant

dans le cadre de la Finale du Trophée Royal de la FNCD